Un peu trop accro!

Un peu trop accro!

Le poker c’est génial à beaucoup de point de vue mais pour ce joueur en ligne c’était devenu l’enfer.

En effet, un joueur de poker en ligne habitant Reims (étant moi même natif de Champagne j’en profite pour glisser un petit : « Allez le Stade de Reims! ») ayant perdu beaucoup d’argent sur des sites de poker en ligne attaque aujourd’hui l’État et réclame la somme de 100 000€ au titre de dommage et intérêts.

Ce joueur a perdu l’équivalent du prix d’une voiture et cela en 6 mois de temps ( j’en vois qui ricanent et qui se disent : ohhhh le gros fish!). Il était inscrit sur TOUS les sites de poker en ligne légaux en France, ce qui n’est pas banal, il faut bien le dire.

C’est quand il a commencé à perdre l’équivalent de son salaire (soit 1800€) en l’espace d’une soirée (aieeee ca fait mal) qu’il a décidé de réagir : se faire interdire de jeux et se soigner. Il obtient en juillet 2010 du ministère de l’intérieur une interdiction de jeux mais il va replonger et constater qu’il peut toujours jouer sur l’ensemble des sites !

Une erreur de saisie du département d’habitation de cet homme serait à l’origine de ce quiproquo qui lui a couté si cher. L’Arjel serait donc en cause dans ce dossier.

Alors l’histoire ne nous dit pas si c’est en lisant le Blog PokerArgent que ce joueur est devenu accro (allez, avouez : il y a de quoi quand même !) mais on vous rappelle que le poker en ligne doit rester avant tout un plaisir et qu’il faut savoir faire des pauses. Ce joueur semblait isolé et très dépendant, ca serait dommage de devenir comme ca, non?

Alors j’en profite pour vous donner le lien de L’Union concernant cet affaire.

L’Union, un journal de Champagne qui me rappelle tant de souvenirs et où on peut y lire en gros titres :  » Un agriculteur tue 3 poules avec son tracteur à Epernay » ou « Elle éborgne son mari en ouvrant une bouteille de champagne à Saint Ménéhould »… mais quand on l’ouvre c’est encore meilleur, c’est toute ma jeunesse, alors n’hésitez pas à acheter l’Union !


Laissez un commentaire

*