La Dame de Pique

La Dame de Pique

Ça y est, partie perdu cette fois ci.

Réunis avec mes 3 compères pour une partie de poker endiablé, je me suis fait sortir le premier : la Dame de pique à la River m’a été fatale. Tout avait bien commencé pourtant et tous les éléments étaient là pour me permettre de passer une bonne soirée : un bon pack, mes amis, une joueuse plutôt mignonne et avec moi l’assurance nécessaire de tous les plumer. Putain j’ai perdu !

J’ai préféré partir et ne pas regarder la fin de la partie, trop dégouté… Il n’est que 21H30 et je rentre chez moi, même pas bourré. Me trainant dans les rues de Paname la magnifique, je regarde devant mes pieds la pluie qui commence à tomber et préfère me réfugier dans le premier bar venu pour noyer ma déception et ma rage. Après quelques verres qui me réconfortent, je remarque une charmante plante au bout du comptoir qui réveille en moi mes instincts de chasseur. Habillée tout en noir, normal dans ce bar aux influences Metal, elle est plutôt pas mal ma foi ! Allez l’alcool aidant je m’approche d’elle et lui demande ce qu’elle veut boire, et ce, avec un peu d’appréhension car elle en impose. Elle ne refuse pas et au contraire on commence à discuter de tout et de rien : musique (elle est bien sur branchée Metal un peu comme moi d’ailleurs), littérature (on commence à divaguer sur la science fiction)… Je commence vraiment à retrouver la forme moi dis donc ! Je lui raconte ma soirée et lui annonce que je suis un fou du poker (en « live », en ligne, entre amis, entre collègues, chez moi, chez eux)… Puis là, un mec qui fait 2 fois ma taille et 2 fois mon poids avec un joli T-shirt de Motorhead arrive et se colle entre elle et moi: « Je vous dérange pas ?… car toi tu me déranges à draguer ma meuf, donc dégage ! »

Inutile de vous dire que je me fond en excuses et part retrouver la pluie qui maintenant tombe comme des cordes.J’ai toujours cette image de la Dame de pique devant mes yeux et me dit que cette fille lui ressemblait étrangement. Elle m’aura tué 2 fois ce soir.

Laissez un commentaire

*